Outils pour utilisateurs


Ceci est une ancienne révision du document !


Le projet de loi Macron, qui sera débattu à partir du 26 janvier 2015 devant l'Assemblée nationale, prévoit, entre autre, de faciliter le recours au travail dominical. Une mesure dont les femmes, et les mères de famille en particulier, risquent d'être les premières victimes, lorsque l'on sait que la grande majorité des personnes travaillant le dimanche dans le commerce sont des salariées. C'est le mouvement des effronté-e-s qui a poussé un coup de gueule dans un communiqué, contre le projet de loi pour la croissance et l'activité qui, sans vouloir généraliser le travail dominical, entend augmenter le nombre annuel de dimanches travaillés. Tous les secteurs ne sont pas concernés, mais les femmes employées dans celui du commerce seront les premières victimes du projet de loi Macron, secteur dans lequel 93% des salariés travaillent le week-end, et où près de 80% des salariés sont des femmes. Selon le mouvement, les mères célibataires ayant la garde des enfants qui ne sont, bien évidemment, pas scolarisés ce jour-là, devront trouver un moyen de garde (crèche, nounou, ou grands- parents pour les plus chanceuses). D'autant plus que le travail dominical semble plus souvent subi par les salariés que basé sur le principe du volontariat. La réforme envisagée par le Gouvernement pourra-t-il remédier à cela ? Pas si sûr car, même si le texte prévoit un système basé sur le volontariat, les salariés se trouvent souvent contraints de travailler le dimanche. Difficile de refuser de travailler le week-end lorsque l'employeur le demande surtout lorsque l'on veut décrocher un emploi ou que l'on est en période d'essai. “Selon Emmanuel Macron, seules les volontaires travailleront le dimanche ou jusqu'à minuit. Dans un contexte de chômage massif, les salariées acceptent tout” relève une militante qui rappelle en outre que les femmes “subissent toujours 27% d'inégalités salariales”. Difficile dans ces conditions de parvenir à concilier travail et vie de famille. “Info-plus” Que faire si l'employeur ne respecte pas la règlementation sur le repos dominical ? Le travail dominical restant une exception, tout salarié doit pouvoir se reposer le dimanche. Si des salariés sont employés abusivement le dimanche, par exemple parce que l'employeur n'a obtenu aucune autorisation préfectorale, ils peuvent saisir l'inspection du travail pour dénoncer le comportement de leur employeur.

Modèle de lettre conseillé : Prévenir l'inspection du travail d'un travail dominical sans autorisation préfectorale

L'inspecteur du travail peut, suite à ce courrier, réaliser un contrôle dans l'entreprise voire saisir le Président du Tribunal de grande instance (TGI) pour qu'il ordonne toute mesure propre à faire cesser l'emploi illicite des salariés le dimanche.